Samuel Bolduc : la forme d’un guerrier

Par Louis-Antoine Lemire-jeudi 21 Fév 2019

L’ancien défenseur des Gladiateurs de l’École Georges-Vanier, Samuel Bolduc, a été en mesure de laisser sa marque lors des tests hors glace en janvier dernier présentés en marge du Match des Espoirs de la LCH\LNH Sherwin-Williams à Red Deer en Alberta. Le colosse de 6 pieds 4 pouces s’est classé parmi les meilleurs dans les épreuves du lancer du médecine-ball, du saut vertical et la traction de la main gauche.

«C’était une surprise pour moi de me faire inviter à ce match. Je n’y aurais jamais cru au début de l’année. Ça été un honneur pour moi de pouvoir me comparer avec les joueurs admissibles au prochain repêchage de la Ligue nationale de hockey. Le fait d’avoir bien performé dans les tests physiques m’a permis d’attirer davantage les regards», a mentionné le natif de Laval. Sur la surface glacée, Samuel considère qu’il a joué un bon match. Selon lui, les joueurs essaient toujours d’en faire plus qu’à l’habitude dans ce type d’événement. « Mes atouts sont ma vitesse et ma vision de jeu.»

Finalement convaincu

Depuis qu’il joue au hockey, Samuel a toujours évolué dans la structure civile. Cependant, après s’être fait retrancher dans le midget AAA, il a finalement accepté la proposition d’Emmanuel Lavigne qui l’incitait à se joindre au programme études-sport de la polyvalente de la Ville de Laval depuis quelques années. «Je savais qu’il y avait de nombreux recruteurs qui assistaient aux matchs du circuit scolaire. La LHPS a été une belle vitrine pour moi. Le calibre était bon et j’ai pu jouer dans deux formations en même temps (M-15, M-17) ,ce qui m’a permis de progresser davantage.»

Après sa saison dans la LHPS, le jeune homme a disputé une campagne avec le Rousseau-Royal de Laval-Montréal dans le midget AAA. L’année suivante, il s’est aligné avec l’Armada de Blainville-Boisbriand. «Je suis fier d’avoir pu atteindre la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Cela prouve que la LHPS n’est pas une mauvaise ligue et qu’elle n’a rien à envier aux autres.»

Sur l’aspect scolaire, Samuel a expérimenté une nouvelle méthode d’apprentissage à Laval. « À Georges-Vanier, ça fonctionnait sous forme de modules. J’ai pu avancer à mon rythme. Cette façon de procéder a été parfaite pour ma condition», raconte celui qui a un trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité. Il a ajouté du même souffle que la LHPS lui a permis de trouver un bon équilibre entre son sport et l’école. «L’encadrement était hors pair et j’ai pu développer mon autonomie.»

À court terme, Samuel espère être sélectionné au repêchage de la Ligue nationale de hockey en juin prochain à Vancouver. De plus, il aimerait  prendre part à un camp professionnel par la suite. Pour l’instant, il n’a pas nécessairement de plan précis pour le futur, mais il songe à se diriger vers des études supérieures au cas où il n’arriverait pas à faire carrière dans son sport.

*Photos gracieuseté Ligue canadienne de hockey