Martin Plante ajoute un élément à son arsenal

Par Louis-Antoine Lemire-samedi 02 Mar 2019

Dirigeant de la formation M-13 majeur de l’Académie Saint-Louis, Martin Plante peut ajouter une corde à son arc. L’homme de hockey occupe le poste d’entraîneur-adjoint pour l’Équipe Québec (U-18) qui participe actuellement aux Jeux du Canada à Red Deer, en Alberta.

À l’été 2017, M. Plante avait pris part au camp d’entraînement des U-16 au hockey féminin. À la suite de cette expérience, il a été sollicité pour prêter main-forte lors de différents camps. «J’ai appliqué pour un poste d’entraîneur en prévision des Jeux du Canada. Après les entrevues, on m’a offert le rôle d’assistant», a expliqué M. Plante qui est en charge, entre autres, des défenseurs et du désavantage numérique de la formation de la Belle Province.

Selon lui, son sens de l’organisation et sa préparation ont été des éléments qui ont joué en sa faveur lors du processus décisionnel. «J’apporte une expérience complémentaire à Noémie, (Marin), Sarah (Vaillancourt) et Kim (St-Pierre) qui ont joué pour l’équipe nationale féminine. Comme je travaille davantage avec les garçons, je peux amener une perspective différente.»

Selon lui, il n’y a pas une grosse différence entre entraîner des filles et des gars. « Le hockey demeure le hockey et les filles possèdent de bonnes habiletés. Je dirais que l’élément qui distingue les deux sexes se situe au niveau relationnel. C’est important d’aller chercher la confiance des hockeyeuses en dialoguant efficacement avec elles.» Il ajoute que la gent féminine a aussi moins tendance à rouspéter.

Au moment d’écrire ces lignes, Équipe Québec avait été parfaite en trois matchs. « Nous sommes contents de la tournure des événements. Nos filles ont démontré beaucoup de caractère, car nous avons accordé le premier but dans l’ensemble de nos duels».

Séjour formateur

Jusqu’à présent, M. Plante adore son séjour en Alberta où il a la chance de discuter de son sport de prédilection avec des athlètes qui ont pris part aux Jeux olympiques. «Tous les entraîneurs devraient sortir de leurs habitudes et discuter de notre sport national avec des filles. C’est intéressant d’aborder différents aspects de la partie dont la préparation d’avant match avec des individus qui ont vécu ce que c’était de prendre part à une joute sans lendemain.»

Changement bénéfique

En guise de conclusion, Martin Plante s’est dit enchanté par ce qu’il voit de la LHPS. « C’est un très beau réseau scolaire et le niveau de jeu est intéressant dans toutes les catégories. C’est une ligue établie qui démontre que le hockey scolaire devient une voie de plus en plus populaire auprès des sportifs», a-t-il conclu.