Marc-Antoine Pépin : sa remarquable progression l’amène au camp de développement

Par Louis-Antoine Lemire-vendredi 12 Juil 2019

Marc-Antoine Pépin est la preuve vivante qu’il ne faut jamais cesser de croire en ses rêves. Le défenseur, ayant porté les couleurs du Collège Marie-de-l ’Incarnation pendant deux saisons en plus d’avoir fait partie de la structure d’excellence de la Ligue de hockey préparatoire scolaire (LHPS), a pris part récemment au camp de développement des Maple Leafs de Toronto.

Marc-Antoine a débuté sa carrière dans la structure de hockey civile jusqu’au niveau pee-wee AAA où il a joué deux saisons. Par la suite, il a décidé d’aller rejoindre ses amis dans le bantam CC. « Je n’avais pas trop aimé mon expérience dans le pee-wee AAA et j’avais perdu un peu ma passion de jouer au hockey.»

À l’aube de sa deuxième année dans le bantam, Marc-Antoine a reçu un coup de fil qui allait changer le fil de sa carrière. « Denis Francoeur souhaitait que je me joigne à son équipe au Collège Marie-de-l ‘Incarnation. J’ai accepté son offre et, à partir de ce moment-là, j’ai retrouvé la piqûre du hockey. Sans lui, je ne serais probablement pas ici à te parler. Ce dernier m’a vraiment remonté le moral et il m’a permis d’améliorer considérablement mes habiletés individuelles. Sa façon d’enseigner a été bénéfique pour moi.»

Le défenseur considère que la LHPS est sous-estimée et il croit fermement que le circuit scolaire ne doit pas être perçu comme un plan b. « C’est un chemin qui est vraiment intéressant à prendre qui allie très bien le sport et les études. De plus, la ligue s’améliore constamment. Certains individus affirment que le midget AAA et la LHPS sont deux circuits qui ne peuvent pas se comparer. Toutefois, j’ai été en mesure de me faire repêcher dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec, et ce, même si j’avais évolué dans le réseau scolaire », a précisé le choix de 10e ronde du Phoenix de Sherbrooke en 2017 qui a disputé son premier match dans le circuit Courteau à 16 ans.

Lors de la campagne 2018-2019, Marc-Antoine a porté les couleurs des Filons de Thetford Mines dans le collégial AAA après avoir été  le dernier joueur retranché par le Phoenix. « J’ai vécu une énorme déception. Je croyais vraiment que j’avais les capacités pour jouer dans la LHJMQ. Une fois la déception passée, je me suis retroussé les manches et j’ai travaillé plus fort. » Les efforts de Marc-Antoine ont été payants, car en 2018, les Cataractes de Shawinigan ont fait son acquisition. « J’ai joué une vingtaine de rencontres à Thetford Mines avant l’échange. J’ai disputé le reste de la campagne avec les Cataractes. L’organisation croyait vraiment en moi et elle m’a donné la chance de me prouver.»

Repêchage LNH

Comme il n’était pas sur la liste de la centrale de recrutement, le jeune homme de 18 ans n’était pas à Vancouver lors du repêchage en juin dernier. « Je ne m’attendais pas à me faire sélectionner, car j’ai disputé seulement 23 rencontres dans la LHJMQ.»

Malgré tout, le hockeyeur a été en mesure d’attirer l’attention des Maple Leafs. Ce dernier a eu des échanges avec Réal Paiement, recruteur pour l’organisation de Toronto, quelques semaines avant la séance de sélection. « Réal m’a demandé de remplir un document afin d’en savoir plus sur ma famille et mon entourage. Par la suite, j’ai eu une entrevue téléphonique de 45 minutes avec lui. Ce dernier voulait apprendre à me connaître en tant que joueur et personne. Ça s’est bien déroulé et les Leafs m’ont dit qu’ils souhaitaient m’inviter à leur camp de développement si je n’étais pas repêché.» Selon le sportif, le fait qu’il soit un défenseur en mesure de générer de l’offensive en plus d’être fiable défensivement sont deux atouts que Toronto apprécie.

Il a ajouté du même souffle qu’il n’aurait jamais pensé qu’il se retrouvait dans un camp d’une équipe du circuit Bettman il y a quelques années. « L’important est de toujours travailler fort. Même quand j’ai été retranché, j’ai persévéré. C’est vraiment ce que je veux faire dans la vie.»

Marc-Antoine ne se cache pas qu’il a été impressionné lors de son arrivée dans la Ville-Reine. « C’est la Ligue nationale. C’était irréel en quelque sorte. Au début, j’avais tendance à figer. Cependant, après la première journée, je me suis adapté à l’environnement et tout a bien fonctionné pendant la semaine. J’ai même reçu une invitation pour prendre part au camp des recrues en septembre.»

Bien qu’il aimerait obtenir son premier contrat professionnel cet automne, l’acteur sur lames ne se mettra pas de pression outre mesure lui qui a tout simplement l’intention de faire de son mieux. « Je veux vivre le moment présent et tenter de leur laisser une bonne impression », a conclu celui qui jouera de nouveau avec les Cataractes l’an prochain.