De la LHPS au Red Bull Crashed Ice

Par Louis-Antoine Lemire-samedi 26 Jan 2019

Kelly-Anne Lapointe ne remerciera jamais assez la Ligue de hockey préparatoire scolaire (LHPS). La jeune femme, aujourd’hui âgée de 19 ans, qui souhaitait évoluer dans un calibre plus compétitif est de nouveau tombée en amour avec son sport de prédilection lorsqu’elle a rejoint les rangs du circuit scolaire. De plus, son passage dans la LHPS lui a permis de se faire remarquer par des gens du Red Bull Crashed Ice (RBCI) ce qui lui vaudra l’opportunité d’être l’une des rares canadiennes à participer à cette compétition de patinage de descente extrême prochainement.

«Je jouais dans le hockey féminin, mais je cherchais quelque chose de plus compétitif. Sans la LHPS, j’aurais peut-être abandonné le hockey », a avoué celle qui jouait dans le pee-wee AA. C’est l’un de ses amis qui lui a proposé de prendre part au camp d’essai des Gladiateurs de l’École Georges-Vanier. « J’ai décidé de tenter ma chance. Après le try out, j’ai reçu un courriel m’indiquant que j’étais acceptée dans le programme. J’étais très heureuse d’être admise dans un programme où la conciliation études-sport s’effectuait à merveille.» Elle a ajouté que les voyages en équipe lui ont permis de visiter plusieurs endroits et d’en apprendre davantage à propos de différentes cultures.

Bonne adaptation

Questionnée à savoir si le fait qu’elle était une fille a amené certaines railleries de la part de ses coéquipiers, Kelly-Anne répond par la négative. « Il y a eu une adaptation à faire de part et d’autre. Nous avons eu un tournoi à Trois-Rivières avant le début de la campagne quand j’étais en première secondaire. Après cette fin de semaine, je me suis sentie comme étant un membre à part entière de l’équipe. Mes équipiers ont toujours été respectueux à mon égard.» Cette valeur a même été adoptée par les adversaires de Kelly-Anne. « Les joueurs faisaient attention avec moi. Ils ne mettaient pas toute la gomme dans les coins de patinoire», s’est souvenue celle qui souhaite étudier en ingénierie à la Polytechnique de Montréal.

Bien que son expérience avec les Gladiateurs ait été très positive, l’étudiante en sciences de la nature au Collège Montmorency est consciente que ce ne sont pas toutes les filles qui reçoivent le même accueil. « Ce n’est pas parce qu’un individu est une fille qu’elle n’a pas sa place. Si c’est vraiment ce que la personne souhaite accomplir, elle doit foncer et ne pas avoir peur du jugement des autres. Certes, il est possible que certains citoyens fassent du dénigrement, mais il ne faut pas s’en faire avec les paroles », suggère-t-elle.

Rêve devenu réalité

Kelly-Anne a toujours rêvé de représenter le Canada aux Jeux olympiques. Toutefois, elle ne s’attendait jamais à porter l’Unifolié dans une compétition de patinage extrême. « Des gens m’avaient vue aller sur une glace. Par la suite, j’ai reçu un courriel me disant que l’organisation du Red Bull Crashed Ice souhaitait que je tente ma chance à leur compétition. Je devais prendre une vidéo qui comprenait des sauts et des virages.» Les performances de Kelly-Anne ont été appréciées et elle prendra part à deux courses dans la division mixte des 16 à 21 ans.

 « Je ne sais pas trop à quoi m’attendre. J’espère me qualifier pour la demi-finale. J’essaie de me préparer le plus adéquatement possible.» Pour ce faire, la double lauréate du Prix Mathieu Darche, qui récompense l’élève-athlète pour sa persévérance, sa détermination et sa constance dans ses études a commencé à faire du ski alpin afin de se familiariser avec des descentes à grande vitesse et elle fait du patin à roues alignées dans des skatepark.

Même si le RBCI ne présentera pas de course dans la Vieille-Capitale, Kelly-Anne n’est pas déçue de performer ailleurs que devant les siens. « En commençant à l’extérieur, tu as moins de poids sur les épaules. Ça me permet de me concentrer davantage sur ce que je dois faire. Cela dit, j’aurais tout de même été fière de démontrer ce dont je suis capable dans ma province.» La première course de Kelly-Anne aura lieu en Finlande le 1er février prochain. Une semaine plus tard, l’athlète prendra part à l’épreuve de Boston.

En guise de conclusion, la jeune femme avait quelques mots pour la LHPS. « Dès le départ, j’ai eu un coup de cœur pour cette ligue. Je suis très fière d’avoir évolué dans ce circuit De plus, je suis très reconnaissante envers les dirigeants qui ont accepté de m’aider financièrement afin que je puisse prendre part au avec le Red Bull Crashed Ice.»